Skip navigation

Mouvement de balancier. Comme un pendule, hypnotique, à l’intérieur. Je mesure l’écart exact entre le fantasme et la réalité. Écart précis, astronomique, mais mesurable entre ce que je sais et ce que je ressens. Le pendule oscille, jamais ne s’arrête. Pas de point d’équilibre. Hypnose interne, tromper son propre soi. Te sentir t’éloigner quand tu n’as, jamais, été aussi proche. Mesurer l’écart, c’est mesurer la peur. Ma peur. Grandissante, à mesure que le besoin se fait plus fort, chaque jour. Mais un loup ne connait pas la peur. Il ne recule pas. Il suit le chemin que, seul, il trace dans la nuit, vapeur au coin des babines. La peur qui déjà s’efface. Sous la lumière des mots. Par la lueur de ton regard. Pierres de lunes, reflets d’ardoises mouillées. J’ai trouvé le moyen de réduire la course du pendule. Tes mots, et ton regard, qui sauront l’arrêter à son point d’équilibre. Unité de temps, de lieu, et d’amour. Pendule fixé, enfin, par l’attraction des âmes. Comme un aimant au creux de ma main.

Je regarde briller cet insecte posé sur mon coeur. Tout va bien. C’est une belle nuit pour sourire sous la lune.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :