Skip navigation

Blanche, la peau, là, juste entre la pouce et l’index. Le regard s’y attarde, s’y accroche. Voir la vie qui palpite précisément à cet endroit. Si fragile et si tendre. Brûler d’y poser les lèvres. Qu’elles y restent soudées. Ivresse de la douceur infinie de la peau, brûlure du coeur. De là, le baiser s’égare, détaille les doigts, si fins, si beaux qu’une larme en silence glisse sur ma joue. À genoux devant toi, je remercie ces mains qui ont su, si bien, me dire ton amour bien avant que ta bouche un jour n’ose murmurer les mots essentiels. Lentement la langue qui s’enroule autour de l’index. Expression d’amour et de désir. Puis elle glisse entre les doigts, un peu plus fort. Lèvres et dents mêlées chantent les battements du coeur qui s’accélèrent.
Tu fermes les yeux et ton souffle accompagne la danse labiale qui dit l’indispensable. Sans regarder je sais ta poitrine qui se soulève un peu plus vite, la morsure douce de tes dents sur ta lèvre inférieure. Quand la paume diaphane s’offre à moi, je sais que tes yeux ont pris cette couleur que j’aime tant. Ciel d’orage, reflets d’ardoise. Alors seulement, lever la tête, lire ton désir, écho profond de la marée qui monte dans mes veines.
Le reste appartient à la lumière tiède d’une fin d’après-midi, à la rumeur diffuse qui monte de la rue, aux rideaux tirés sur l’indicible.

Te réciter par coeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :