Skip navigation

Elle avait laissé ses mots à elle, là, sur l’armoire. Petits rectangles blancs couverts de signes verts. Il les voyait chaque jour. Son cœur un peu plus serré chaque fois dans sa poitrine. Leur existence le rassurait, mais leur message… Il n’avait pas oublié les autres mots, petite écriture serrée, encre violette. Il pouvait encore les réciter, comme les matras qu’ils étaient devenus. Et les petites phrases vertes résonnaient avec les plus anciennes, vingt ans déjà. Il se souvenait encore, se souviendrait toujours. S’accrocher à l’écrit. Comme une preuve invariable de son existence à elle.

Il les lisait. Les relisait. Et cherchait en eux la trace de sa vérité. Lui, imparfait entre tous, dépositaire de cette pensée précieuse comme aucune autre.

Elle avait laissé ses mots à elle, là, dans son âme. Il les lirait longtemps encore. Il l’attendrait toujours.

One Comment

  1. Des éclats de pensée
    collés avec « une colle qui colle pas »
    quand l’autre est là, ils sont doux, chauds, ronds
    quand ce n’est plus le cas
    ils deviennent froids, coupant
    et même
    comme ici
    des puits sans fond.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :